Deauville, jour 5 : et si les femmes comptaient davantage ?