Cannes, jour 5 : cinq raisons de penser que Jean-Luc Godard est un dieu