Cannes, jour 8 : Lars Von Trier se voit finir dans l’enfer des cinéastes