Entre craintes et intérêts économiques, la route du nord de l’Arctique s’ouvre au trafic maritime