Face à une opposition algérienne désorganisée, « la rue seule capable d’imposer une transition »