Fausses procurations, rabatteurs, intimidation : à Marseille, une élection qui tourne au polar